Les mariages forcés dans l’Islam. Permis ou pas ?!

As-Salâmu ‘alaykoum wa rahmatoullahi wa barakatouh. Bismillâhi r-Rahmâni r-Rahîm. Louange à Allah le Seigneur de l’Univers ! Que le Salut et les Prières d’Allah soient sur le maître des premières et des dernières générations, notre maître et notre Prophète Mouhammad, ainsi que sur sa famille, ses Compagnons, et tous ceux qui suivent leur voie et qui s’accrochent à leur tradition jusqu’au Jour du Jugement Dernier ! Des nos jours il est très courant d’entendre dans les médias ou dans la bouche des ignorants ou des non-musulman que l’Islam permet de marier une femme a un homme qu’elle ne désire pas. Et ils argumentent celà en se basant sur les agissements de certains musulmans qui suivent les traditions païennes de leur ancêtres.

Pourtant il est clair que l’Islam ne permet ni au père, ni à une autre qui serait son tuteur de la marier sans son consentement. Il suffit de retourner à la Sunnah Authentique pour ce rendre compte de celà pourtant peu nombreux sont certes les gens qui le font. Les gens se contentent de leur préjugés injustifiés et boivent les paroles des gens comme on boit de l’eau. Les musulmans qui pratiquent celà ne font que suivre leurs passions et l’égarement dans lequel sont tombés leur parents avant eux sans retourner aux preuves pour savoir si cet acte est légiféré. Très souvent même se sont des mariages d’intérêts financiers ou le père désir s’emparer de la dôte de sa fille alors que celle-ci lui appartient exclusivement à elle. Certes l’Islam n’est pas une religion basée sur la liberté de faire les choses comme on veut mais plutôt de suivre les preuves du Qur’an et de la Sunnah. Voici donc ci-dessous un question à ce sujet posée au Shaykh Ibn Bâz (Rahimahullah) et qui y répond de façon claire.

Question : Est-il permis au père de contraindre sa fille à un mariage avec quelqu’un elle ne désire pas ?

Réponse : Il n’est pas permis au père, ou à quelqu’un  d’autre que lui, de contraindre celle qui est sous sa tutelle  à épouser quelqu’un avec qui elle ne désire pas se marier. Plutôt il est nécessaire de chercher son consentement et sa permission en raison de la parole du messager (salallahu ‘alayhi wa salam) : « la vierge ne doit pas être épousée avant d’avoir cherché son consentement. Ils dirent : ô messager d’Allah! Quel est son consentement ? Il a répondu : Son silence. Et dans une autre formulation : Et quant à la vierge, son père cherche son consentement et son consentement est son silence. »

Donc il est obligatoire au père lorsqu’elle atteint l’âge de neuf ans ou plus, qu’il demande son consentement. De même pour ses tuteurs, ils ne la marient pas sans son consentement. Ceci est obligatoire à tous. Quiconque marie sa fille sans permission/consentement alors le mariage n’est pas correct parce qu’une des conditions du mariage est le consentement et l’agrément des deux parties. Ainsi s’il la marie contre sa volonté et la contraint par des menaces ou en la battant, le mariage n’est pas valable…

Il est donc obligatoire pour le père de consulter sa fille au sujet de son mariage à partir de l’âge de neuf ans. De même, ses tuteurs ne peuvent la marier qu’après avoir eu son autorisation. Ceci est le devoir de tous. Celui qui marie une femme sans son autorisation, alors le mariage est caduc, car le consentement des deux époux est l’une des conditions du mariage. Si la femme est mariée sans son accord, sous la menace ou en étant battue, alors le mariage n’est pas valable. Cependant, le père, particulièrement, peut marier sa fille n’ayant pas encore atteint l’âge de neuf ans, selon l’avis le plus correct des savants. En effet, le Prophète, prière et salut d’Allah sur lui, a épousé cÂ’îsha sans son autorisation avant ses neuf ans, comme il est rapporté dans un hadith authentique.[2]

Il est du devoir du mari, s’il est au courant du refus de la femme, de ne pas avancer dans les procédures du mariage, même si le père de celle-ci lui facilite les choses. Il doit craindre Allah et ne pas accepter une femme qui ne veut pas de lui, même si son père prétend qu’elle n’est pas forcée. Il est de son devoir de s’éloigner de ce que Allah lui a interdit, car le Prophète, prière et salut d’Allah sur lui, a ordonné de demander la permission à la fille.

Par ailleurs, nous conseillons à la femme qu’on demande en mariage de craindre Allah, et d’accepter l’opinion de son père s’il désire la marier et si le prétendant à son mariage est un bon croyant et qu’il a une bonne moralité. En effet, ce genre de mariage comporte un immense bienfait et un profit, et le célibat est un grand danger. Nous conseillons à toutes les filles d’accepter de se marier lorsque des hommes doués de qualités se présentent à elles, et de ne pas donner comme prétexte les études ou l’enseignement ou autre chose. Et Allah est le Garant de la réussite.

Fatwa de Cheikh Ben Baz
Fatwas concernant les femmes, pages 55 et 56.

[1] Rapporté par Al-Bukhârî dans le chapitre du mariage (n°5136), et par Muslim dans le chapitre du mariage (n°1419 et 1421).
[2] Rapporté par Al-Bukhârî dans le chapitre du mariage (n°5133 et 5134) et par Muslim dans le chapitre du mariage (n°1422).

Source : http://www.fatawaislam.com/content/view/601/44/